Atelier 4 : Travail, intégration sociale et politiques d’emploi : pour une meilleure évaluation des interventions de développement et de leurs résultats

Tany Vao Côte d’Ivoire 2019.

Université d’été en sciences sociales en Côte d’Ivoire

Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales

 

ATELIER 4 : Travail, intégration sociale et politiques d’emploi : pour une meilleure évaluation des interventions de développement et de leurs résultats

 

A. BIAUSSAT (Collateral Creations), A-C. DUPORTAL (AFD), L. MARTINEZ (Université Bordeaux – AFD), B. NILSSON, (IRD-DIAL), C. ZANUSO (AFD)

 

Objectifs de l’atelier 4 :

  • Echanger sur les avantages, limites et complémentarités des différents outils d’évaluation et partager les bonnes pratiques
  • Renforcer les capacités de mesure des résultats sur l’emploi des interventions de développement et politiques publiques pour l’aide à la décision

 

L’évaluation d’interventions de développement et de politiques publiques a connu un essor indéniable au cours des trois dernières décennies, à la fois au sein des administrations publiques et des organisations internationales, bailleurs de fonds et ONG. L’idée d’attribuer une partie des ressources d’une institution à un examen approfondi du succès des activités qu’elle finance apparaît aujourd’hui comme une évidence, et on a ainsi assisté dans de nombreux domaines à la structuration d’un marché de l’évaluation avec des acteurs professionnalisés et formés.

 

En tant que défis quasi-structurels de bon nombre de pays en développement, le dynamisme du marché du travail et la création d’opportunités professionnelles satisfaisantes  ont fait et continuent de faire l’objet de nombreuses interventions des décideurs. L’efficacité et la viabilité de ces programmes et politiques ainsi que la pérennité de leurs impacts sont cependant longtemps restées incertaines, et la pratique de l’évaluation continue à se heurter dans de nombreux cas à des difficultés politiques et organisationnelles. Dans cette perspective, cet atelier constitue un lieu d’interaction et de discussion autour des pratiques d’évaluation en lien avec les programmes et politiques ciblant le travail. Il sera l’occasion de questionner la pertinence de l’évaluation comme aide à la décision, et tâchera de placer celle-ci dans un contexte plus large de production de connaissances en sciences sociales.

 

Plus particulièrement, l’atelier explorera les liens entre l’évaluation et l’approche méthodologique employée par les participants dans leurs propres travaux de recherche ou pratiques professionnelles. Il combinera des exemples concrets d’évaluations dans le cadre de programmes d’emploi et d’insertion avec des discussions théoriques sur la portée et les limites de l’évaluation. Une attention particulière sera réservée à l’insertion des jeunes sur le continent africain, et aux défis particuliers que posent les caractéristiques des marchés du travail du continent (fort taux d’informalité, dualité public-privé, système de protection sociale défaillant, économie agraire, etc.).

 

L’atelier sera organisé en deux temps :

  • Présentation des principaux enjeux de l’évaluation et du panorama des diverses formes qu’elle peut prendre, en discutant des avantages et limites de chacune.
  • Exemples concrets et cas pratiques pour présenter plus en détails les prérequis de chaque type d’évaluation, appréhender plus précisément les méthodologies et les mettre en pratique.

 

Pour les cas pratiques, les participants seront organisés en petits groupes pour permettre aux intervenants de répondre au mieux aux attentes concrètes et différents niveaux des participants. Ces derniers pourront choisir l’intervention emploi/formation professionnelle qu’ils souhaitent évaluer et auront la responsabilité de sélectionner la ou les méthodes pertinentes qu’ils souhaitent mobiliser et approfondir. En fin d’atelier, les participants exposeront leur choix méthodologique et les résultats de leur évaluation, qui seront ensuite discutés par un panel d’experts.

Atelier 3 : Sciences sociales, études de genre : Genre et travail : inégalités et autonomisation

Tany Vao Côte d’Ivoire 2019.

Université d’été en sciences sociales en Côte d’Ivoire

Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales

Atelier 3 :

Sciences sociales, études de genre :

« Genre et travail : inégalités et autonomisation »

Gaëlle Gillot (D&S, Univ. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Charlotte Guénard (D&S, Univ. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Karine Marazyan (D&S, Univ. Paris 1 – Panthéon Sorbonne)

Le 5ème Objectif du développement durable est l’égalité entre les sexes. Il rappelle que « mettre fin à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et des filles n’est pas seulement un droit humain fondamental, mais également essentiel pour accélérer le développement durable. Il a été prouvé à maintes reprises que l’autonomisation des femmes et des filles avait un effet multiplicateur et contribuait à stimuler la croissance et le développement économique dans tous les domaines. » 

Or, si de nombreux progrès ont été réalisés depuis les années 2000, partout dans le monde, on observe la récurrence et la pérennité des inégalités au travail et l’accès à un emploi rémunéré, principal vecteur d’autonomisation, est loin d’être un acquis pour les femmes. Si les femmes ont toujours travaillé, c’est leur entrée dans l’emploi salarié et le développement de ce type d’emploi qui a rendu visible leur travail. L’emploi salarié entraîne des changements importants dans la vie des femmes, leur donnant accès à un revenu et avec ce revenu, à la possibilité (montrée depuis longtemps déjà, Boserup, 1970) de décider davantage. Ainsi, depuis des décennies, l’autonomisation des femmes est ce qui se dessine avec l’accès à un salaire.

En plus des inégalités d’accès à un travail salarié, les sphères d’activités sont très séparées entre les hommes et les femmes. Le care et le travail domestique restent une spécialité des femmes tout comme la problématique de la « conciliation » entre travail domestique et travail salarié, cette dimension étant souvent prise en considération dans la mise en place des projets de mise au travail des femmes. Des différences de conditions de travail entre hommes et femmes existent aussi dans le domaine du travail agricole, encore un gros pourvoyeur d’emplois. De façon générale, les femmes occupent une position de vulnérabilité très forte.

En Afrique subsaharienne, comme dans d’autres régions du monde telles l’Afrique du Nord ou l’Asie,  si les femmes sont très visibles au travail dans la vie quotidienne, elles le sont peu dans les statistiques (Charmes, 2005). Ce paradoxe soulève la question de la mesure du travail des femmes. 

L’atelier se propose de décrypter les enjeux et les problématiques d’une approche genrée du travail, de l’impact de la mesure du travail des femmes et de l’impact du travail des femmes sur le développement. A partir d’une approche surtout qualitative mais également quantitative, son objectif est triple : 

–       Familiariser les participant.e.s avec les concepts et les problématiques clés d’une approche genrée du marché du travail, en appliquant une lecture genrée aux différentes entrées thématiques sur le travail (chômage, écarts de salaire, précarité, informalité, spécialisation genrée, travail productif/reproductif, etc…) ;

–       Introduire les principales sources qualitatives et quantitatives de données qui peuvent être mobilisées dans ce type d’approche et les différentes méthodologies qualitatives et participatives des SHS ;

–       Former les participant.e.s aux différentes étapes de la recherche à travers des travaux de groupe thématiques basées sur des données de terrain produites par les participant.e.s lors des ateliers.

L’atelier alternera des présentation générales par les format.eur.rice.s à partir d’études générales et à partir de leurs propres travaux de recherche, des présentations de méthodes de production de données, et des exercices concrets de terrain. Les ateliers se veulent participatifs et interactifs de façon à créer des échanges fertiles entre format.eur.rice.s et participant.e.s. Les participant.e.s réaliseront, suivi.e.s de près par les responsables de l’atelier, des enquêtes de terrain sur des thématiques définies à partir des problématiques abordées par des projets de développement d’ONG ou de politiques publiques en Côte d’Ivoire visant à l’autonomisation des femmes par le travail.

Atelier 2 : Marché du travail, emploi décent et ODD : Une entrée par les enquêtes ménages

Tany Vao Côte d’Ivoire 2019.

Université d’été en sciences sociales en Côte d’Ivoire

Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales

 

ATELIER 2

Marché du travail, emploi décent et ODD :

Une entrée par les enquêtes ménages

 

RAZAFINDRAKOTO (IRD-DIAL), F. ROUBAUD, (IRD-DIAL) et J.-M. WACHSBERGER (Université Lille, DIAL)

 

Le marché du travail revêt une importance centrale dans les pays en développement non seulement parce que les revenus du travail constituent la première source de revenus pour la plupart des ménages mais aussi en raison des difficultés qu’éprouve une large part de la population, en particulier les jeunes, à obtenir un emploi de qualité. Il constitue la principale courroie de transmission entre la dynamique macroéconomique (politiques publiques, chocs externes et internes) et les conditions de vie des ménages (au niveau micro). Le travail est aussi un vecteur fondamental de l’intégration sociale des sociétés contemporaines. L’analyse du fonctionnement du marché du travail est donc essentielle pour comprendre les dynamiques économiques et sociales à l’œuvre, et partant une condition de premier plan pour enclencher un processus vertueux de croissance inclusive et durable.

Les nouveaux engagements internationaux renforcent l’intérêt porté au marché du travail au plus haut niveau de priorité. Absent des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD, 2000-2015), les questions d’emploi et d’informalité sont au cœur des Objectifs du Développement Durable (ODD, 2016-2030), notamment à travers l’ODD8 (Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous), décliné en plusieurs cibles et indicateurs. Les ODD intègre de plain-pied l’agenda du Travail décent lancé il y a deux décennies par le BIT, qui fête son centenaire cette année.

L’atelier se propose d’aborder la question du marché du travail à partir de la principale source des données existantes : les enquêtes-emploi. L’approche sera donc principalement (mais pas exclusivement) quantitative, et à coloration disciplinaire économique et sociologique. Son objectif est triple :

  • familiariser les participants avec les concepts et les problématiques centrales du marché du travail (dualisme, segmentation, chômage, sous-emploi, économie informelle, emploi décent, discrimination, qualité et satisfaction dans l’emploi, etc.) ;
  • introduire aux principales sources de données mobilisables (les enquêtes-ménages), et à leur prise en main : présentation des principes statistiques, réflexion critique sur les indicateurs qui peuvent en être tirés, techniques et premières analyses ;
  • former les participants aux différentes étapes de la recherche à travers des travaux de groupe thématiques basées sur des données « grandeur nature » (définition d’une problématique, mise en œuvre, analyse et restitution des résultats).

L’atelier alternera présentations générales par les formateurs (notamment à partir de leurs propres travaux de recherche) et exercices d’applications concrètes. Les modalités d’interactions privilégieront une approche participative stimulée par les échanges croisés entre formateurs, ainsi qu’entre formateurs et participants. Les participants auront aussi à réaliser, en groupe, un mini projet de recherche « à la carte », sur un thème qu’ils auront choisi. Il sera principalement basé sur l’exploitation des différentes vagues récentes de l’enquête-emploi en Côte d’Ivoire, et complété par un travail de terrain (entretiens qualitatifs) visant à illustrer, approfondir et éventuellement questionner les résultats obtenus à partir des enquêtes statistiques.

 

Atelier 1 : Méthodes pour l’histoire du travail (historiographie, archives et enquêtes de terrain)

Tany Vao Côte d’Ivoire 2019.

Université d’été en sciences sociales en Côte d’Ivoire

Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales

 

ATELIER 1 :

Méthodes pour l’histoire du travail (historiographie, archives et enquêtes de terrain)

 

Chikouna CISSE (Univ. Cocody) ; Daouda GARY-TOUNKARA (IMAF – CNRS), Karine MARAZYAN (D&S – Univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne) ; Samuel F. SANCHEZ (IMAF – Univ. Paris 1-Panthéon Sorbonne)

L’atelier 1 vise à apporter aux participants un bagage méthodologique propre à la réalisation de travaux de recherche en histoire. Il sera donc organisé autour de la maîtrise de la méthode historique, comprenant de l’historiographie, l’identification de thèmes de recherche et enjeux de problématisation. Il s’agira ensuite d’aborder des questions épistémologiques et de méthodes spécifiques, en particulier sur le statut de l’archive et la méthode de l’entretien oral pour l’histoire sociale. Ces éléments seront abordés de manière d’abord théorique puis mis en œuvre par les étudiants eux-mêmes lors d’un travail de terrain ou reposant sur des données historiques quantitatives. Enfin, la restitution d’un bilan synthétique de l’atelier, sera également l’occasion d’un exercice de rédaction et de présentation bienvenu.

La thématique centrale de l’université d’été 2019 est celle du travail et de l’intégration sociale, qui lui est immédiatement reliée. Après avoir présenté les enjeux historiographiques actuels sur les formes anciennes (esclavage, engagisme, migrations volontaires…) et moins anciennes de travail (travail en contexte colonial, post-colonial, histoire du syndicalisme, etc.), envisagé également le rôle des institutions (écoles, missions, administrations, etc.) sur les mondes du travail, nous présenterons globalement les aspects méthodologiques divers pour aborder l’histoire du travail, notamment la réalisation d’une recherche de terrain.

  • La question des archives, si centrale pour les historiens, sera traitée. D’un point de vue épistémologique, on commencera par s’interroger sur ce qu’est une archive. Comment lui donner du sens et comment l’analyser ? Comment déconstruire les l’ordre pensé par l’archive ? Quelle est la différence entre une archive issue d’un pouvoir public et des archives privées, ‘hors les murs’ ? Quelles sont les différentes stratégies pour organiser ces données ? On abordera là aussi des « trucs et astuces » d’historiens pour découvrir des fonds, y accéder et les valoriser.
  • L’enquête orale est un des piliers de la méthode en histoire sociale, et ce sera un point important de l’atelier 1. Comment d’abord considérer la source orale comme une source ? Comment la lire et la critiquer ? Ensuite, du point de vue pratique, comment identifier des interlocuteurs, préparer un entretien, comment articuler les résultats d’enquêtes orales qualitatives et les résultats des recherches en archive ?
  • Une introduction à l’analyse de données quantitatives, ainsi qu’à des outils de cartographie des données, sera également proposée, afin de compléter ce bagage méthodologique.

A la suite de cette formation théorique, les étudiants devront mobiliser les points historiographiques et méthodologiques présentés et les mettre en œuvre pour aborder leur projet de terrain ou d’analyse de données de manière réflexive.

La mise en œuvre des méthodes s’effectuera principalement en profitant du site dans lequel se tiendra l’Université d’été, Grand Bassam. Celle-ci sera le principal lieu d’application et de mise en œuvre des méthodes enseignées en formation, notamment en matière de recherche d’archives écrites, de sources orales, et l’observation des traces architecturales ou urbaines de l’inscription du travail dans cette société urbaine. La ville et le sud-est ivoirien est un excellent terrain pour aborder l’histoire du travail en Côte d’Ivoire. Elle connaît en effet une activité commerciale croissante, au XIXe s., dans le contexte de la transition du commerce illicite des captifs au commerce licite des produits (le comptoir fut fondé en 1842) et du fait du voisinage immédiat de la prospère Côte de l’Or. A travers son wharf (détrôné par le port d’Abidjan à partir de 1950) et les activités afférentes, la question de la main d’œuvre et de l’employabilité constituent des points déterminant dans l’organisation urbaine et la structuration sociale de la ville, notamment à l’époque dite « coloniale ». La main d’œuvre servile y était disponible du fait des échanges vers la Gold Coast à l’est ou la vallée du Niger au nord, et de l’exploitation naissante des billes de cajou en direction de la métropole, de quoi drainer des flux migratoires diversifiés au tout début du XXe s, alors que Bassam constitue la capitale de la colonie.

L’atelier abordera également la question du travail à l’échelle de l’ensemble de la Côte d’Ivoire sous administration coloniale, à travers des analyses plus générales, fondées sur des méthodologies variées (recherches d’archive, enquêtes orales, analyse de données quantitatives). Comme d’autres colonies de l’AOF, la Côte d’Ivoire a été le terrain de diverses expérimentations sociales, notamment dans le cadre du travail et des migrations de travail, qui avaient pour objectif la transformation des sociétés locales, conformément à la doctrine de la « mission civilisatrice » ou celle, plus tardive, de la « mise en valeur » des territoires coloniaux (A. Sarrault). Quelles ont été ces expérimentations ? Quels investissements ont-elles représenté ? Quelles transformations attendues et inattendues dans les mondes du travail ont-elles effectivement conduites ?

A travers des travaux de groupe (4 à 5 étudiants par groupes) les étudiants devront d’abord trouver des sujets et formuler des hypothèses relatives à l’histoire du travail et de ses implications sociales à Grand Bassam ou à l’échelle de la Côte d’Ivoire. Ils expérimenteront par la suite, par eux-mêmes, les méthodes pour trouver des archives et des témoins, tout en gardant une approche critique et réflexive sur les succès et difficultés rencontrés. La dernière étape de la formation consistera à rédiger un bilan sur les recherches pratiquées. Il s’agira de produire un compte-rendu des travaux et des méthodes utilisées, en mettant l’accent sur les difficultés méthodologiques rencontrées et de le restituer devant l’ensemble des ateliers, le dernier jour de la formation.