Tany Vao Madagascar 2021

Mis en avant

Environnement et sociétés. Une application au cas du Makay

L’Université d’hiver austral en sciences sociales Tany Vao Madagascar (TV-Mada 2021 – édition relais) sera une déclinaison resserrée de celle qui aurait dû se tenir en juillet 2020 à Madagascar et qui a été annulée pour cause de pandémie. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’édition 2021 ne pourra pas non plus se tenir dans le format habituel (une centaine d’étudiants, conférences plénières dans la capitale pendant deux jours puis 4 ateliers méthodologiques et thématiques pendant 5 jours et demi dans une capitale régionale). Elle réunira 25 étudiants/participants à Toliara du 16 au 21 août, lesquels recevront une formation aux approches et méthodes de recherche sur le thème « Environnement et sociétés ». Ils bénéficieront pour cela d’un encadrement conjointement local et distanciel. 

Objectif et déroulement de l’atelier

Il s’agit de permettre aux participants d’acquérir des connaissances approfondies et pratiques sur la façon d’aborder et de planifier des recherches sur une thématique et une problématique donnée et de se familiariser avec différentes approches, méthodes et outils de recherche et de collecte de données. Les formateurs chercheront notamment à illustrer la complémentarité entre les disciplines et entre les approches quantitatives et qualitatives, avec comme cas d’étude la zone du Makay, terrain connu et investi des formateurs.

L’atelier constitue une occasion pour les participants de développer dans le cadre de groupe de travail des micro-projets qui leur permettent de se confronter concrètement aux contraintes et limites inhérentes à une approche ou à la mobilisation d’un outil pour aborder une problématique donnée.

Les 25 étudiants seront rassemblés du lundi 16 août au samedi 21 août matin dans les salles COVID compatibles de l’Alliance Française et dans le strict respect des règles de distanciation et d’adoption des gestes barrières. Les matinées seront consacrées aux conférences interactives thématiques et méthodologiques et à la préparation des travaux de groupe. Les après–midis, les étudiants, par groupe de quatre ou cinq, travailleront à la réalisation d’une recherche sur un thème qu’ils auront choisi avec l’aide des formateurs, en utilisant les différentes données que ces derniers leur auront fournies (carnets de terrain, rapports d’enquêtes, données statistiques, entretiens retranscrits, …) et/ou qu’ils auront recueilli eux-mêmes.  Chaque fin de journée sera clôturée par un échange avec les formateurs sur le travail réalisé.  Le samedi matin sera consacré à la restitution du travail de chaque groupe.

 

Programme provisoire des conférences thématiques et méthodologiques

Témoignages et interrogations sur la nécessité de créer l’aire protégée du Makay 

Bernard Forgeau

L’accumulation des données de terrain, acquises le plus souvent par la transmission orale et l’observation, constitue la base du savoir empirique indispensable à l’application de la science au service de la gestion de l’environnement en corrélation avec la compréhension des communautés autochtones. Les décisions bien souvent répressives des institutions administratives se heurtent au quotidien de la vie et aux traditions, voire elles ignorent les difficultés de la précarité des communautés. Comment faire cohabiter les raisonnements scientifiques avec le savoir traditionnel ? Comment favoriser le développement et éviter que les pressions anthropiques n’impactent pas l’environnement ? Le massif du Makay a fait l’objet d’une étude pour justifier de l’intérêt de sa mise en protection, il est aujourd’hui classé Nouvelle Aire Protégée. Cette présentation portera sur trente années d’observations et d’écoutes des communautés locales dans une région de Madagascar totalement enclavée.

La mise en place d’un dispositif de suivi-évaluation dans une Aire protégée : enjeux généraux et application au cas du Makay

Mireille Razafindrakoto et François Roubaud

La présentation vise familiariser les participants avec les enjeux et les options méthodologiques pour la mise en place de dispositifs de connaissance, suivi et évaluation socio-économique et environnemental dans le champ des Aires protégées. Pour illustrer le propos, il s’appuiera sur un dispositif composé de trois bras articulés, combinant sciences sociales et sciences de la nature et de la terre, aussi bien quantitatifs que qualitatifs, proposé dans le cas du massif du Makay, emblématique de la richesse de la biodiversité, avec un taux d’endémisme important, et du patrimoine naturel et culturel malgache.

Anthropologie du développement : courants, approches et méthodes

Christian Culas et Emmanuel Pannier

Cette conférence présentera les grandes tendances de l’anthropologie du développement et les principales approches et méthodes qui découlent de ces courants.  Après une présentation critique de la notion de développement, nous dresserons un bref historique des liens entre anthropologie et développement. Nous aborderons enfin les différentes pratiques et postures de l’anthropologie du développement entre la recherche appliquée et la recherche académique, avec des exemples tirés d’expériences au Vietnam et à Madagascar.

Comprendre les interactions entre les activités des populations rurales et leur environnement : approches complémentaires de l’écologie et de l’ethnoécologie 1 : les enjeux

Stéphanie Carrière

Les populations rurales malgaches vivent en étroite connexion avec la nature et dont ils tirent une large part de leur alimentation, pharmacopée et matériaux (fibres, bois, combustible…) et avec laquelle ils entretiennent aussi d’autres liens (religieux, cérémoniels, symboliques, contemplatifs). Pour autant, ces sociétés ne vivent plus à l’écart des transformations du monde actuel: économie de marché, globalisation, changement d’occupation des terres, réchauffement climatique, politiques de développement et de conservation, projets de développement agricoles. Bien au contraire, même si certaines s’y adaptent, beaucoup en subissent les conséquences le plus souvent à leurs dépens. Ceci induit des changements impulsés de l’extérieur qui, associés à des transformations endogènes (accroissement démographique, érosion des pouvoirs locaux, affaiblissement des systèmes de croyances traditionnels), peuvent entrainer des changements de pratiques, générant un bouleversement des socio-écosystèmes de référence de ces populations.

Comprendre les interactions entre les activités des populations rurales et leur environnement : approches complémentaires de l’écologie et de l’ethnoécologie 2 : les méthodes

Stéphanie Carrière

C’est pourquoi recenser, décrire, comprendre et analyser les interactions qu’entretiennent ces populations avec le milieu naturel est un prérequis indispensable pour analyser les effets des changements globaux sur les modes de vie, les savoirs, les représentations et les usages de la nature et ainsi mieux anticiper les impacts qu’ils peuvent avoir sur les écosystèmes. Quels savoirs et savoir-faire contribuent au maintien de la biodiversité ? Quelles sont les pratiques induites par les changements qui ont des effets dommageables sur les écosystèmes ? Comment aborder ces questions avec les populations ? À Madagascar, la crise socio-environnementale et la pauvreté croissante nous poussent à réfléchir à des compromis pouvant permettre aux populations de mieux vivre de et avec la nature, tout en permettant sur ces mêmes espaces le maintien de la biodiversité. Ces deux interventions proposent d’aborder ces questions plus proches du terrain et des populations. Les concepts et les méthodes utilisés relèvent de l’écologie et de l’ethnoécologie. Les approches mobilisées, résolument comparatives, interdisciplinaires mobilisent aussi les sciences participatives. Ces interventions visent à montrer l’intérêt d’hybrider des approches hypothético-déductives et inductives, de collecter des données qualitatives et quantitatives pour répondre à l’ensemble de ces questions et en formuler d’autres.

Conseils pratiques et techniques pour le traitement des données qualitatives

Emmanuel Pannier et Christian Culas

Cette présentation vise à guider les participants pour le traitement et l’analyse de données de terrain depuis le classement des informations à la production d’interprétations en passant par la constitution d’une base de donnée thématique. Les conseils et techniques présentés serviront de base pour les séances de travaux pratiques, durant lesquelles les participants devront traiter et analyser un corpus de données brutes issues d’enquêtes à Madagascar sur la Nouvelle Aire protégée du Makay.

Le raisonnement en sciences humaines et sociales

Jean-Michel Wachsberger

 Cette communication vise à fournir une aide à la réalisation des travaux des étudiants en présentant de façon concrète et illustrée quelques caractéristiques du raisonnement en sciences humaines et sociales. Il sera notamment abordé la formation des concepts, la réalisation des classifications et la construction des typologies, les formes de l’argumentation et de l’écriture scientifique.

Faire l’histoire d’une région hors-champ : le Makay

Samuel F. Sanchez

Il s’agira dans cette intervention de présenter les méthodes par lesquelles les historiens peuvent apporter leur expertise sur la question environnementale et sociale en milieu rural. Le massif du Makay, très faiblement couvert par le maillage administratif et à l’écart des grands réseaux de communication, est à plusieurs titres un cas d’école des difficultés méthodologiques que les historiens peuvent rencontrer dans leur quête d’archives écrites. La région a été peu fréquentée par des témoins producteurs d’archives et par l’administration coloniale française.

Après avoir présenté rapidement comment le Makay a été (très faiblement) envisagé en tant que tel par l’ethnographie et l’historiographie et esquissé quelques grands traits introductifs sur l’histoire de cette région, je présenterai le cheminement suivi pour trouver des archives concernant les fonctionnements socio-économiques, en particulier dans les districts de Beroroha et Malaimbandy. A travers des documents produits par l’administration coloniale, je présenterai quelques éléments aidant à mieux comprendre les systèmes économiques, surtout agraires, de la région dans les années 1920-1950.

Enfin, cette présentation sera l’occasion de réfléchir à un projet d’enquêtes sur le terrain pour documenter le passé socio-économique du Makay. Le terrain des historiens du Makay aurait deux volets : le premier serait consacré à la recherche d’archives écrites conservées localement (Province, districts…). Le deuxième, car les historiens ne peuvent se contenter des archives pour appréhender le passé des sociétés orales, s’appuierait sur l’observation et des enquêtes orales, visant à envisager la mémoire des habitants et les traditions orales comme sources cruciales.

Inscription

Pour candidater, merci de remplir le formulaire suivant avant le 13 juin 2021

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeyIs8qHUaxbOUI0LnKGQJv9RHZbeu-3JhKrcgYcqTp8fu8OA/viewform?usp=sf_link

Ajournement de Tany Vao Madagascar 2020

Tany Vao Côte Madagascar 2020.

Université d’hiver austral en Sciences Sociales

Ecole MOST Unesco

Travail, intégration sociale et politiques d’emploi: Approches méthodologiques et transversales

17 – 24 JUILLET 2020 (ANTANANARIVO-TOLIARA)

La session 2020 de l’université Tany Vao est ajournée du fait de la situation sanitaire internationale. Nous espérons pouvoir organiser rapidement une session à Madagascar 2021.

Conférences plénières : Abidjan 17-18 juillet 2019

Mis en avant

Travail, intégration sociale et politiques d’emploi : Approches méthodologiques et transversales

Séances plénières. Entrée libre
ENSEA, Amphi, Avenue des Grandes Ecoles, Cocody, Abidjan

Mercredi 17 juillet 2019

8h00 – 9h00 : Accueil des participants

9h – 9h30 : Séance d’ouverture

9h30 – 10h45 : Travail servile dans les sociétés africaines pré-coloniales: une approche comparative.
Aka Kouamé 
(Université Houphouët Boigny)
Discussion/questions : Samuel Sanchez (Université de Paris 1) et Daouda Gary-Tounkara (CNRS)

10h45 – 11h15 : Pause café

11h15 – 12h30 : Insertion des jeunes sur le marché du travail en Côte d’Ivoire. La bombe à retardement est-elle dégoupillée ? François Roubaud (IRD) et Claire Zanuso (Agence française de développement)
Discussion/questions : Hugues Kouadio (ENSEA)

12h30 – 14h00 : Pause déjeuner

14h00 – 15h45 : Les paradoxes genrés du travail en Afrique : entre impératifs développementalistes, inégalités et invisibilité. Rose Koffi Nevry (Université Nangui Abroguoua)
Discussion/questions : Gaëlle Gillot (Université Paris 1)

15h45 – 16h45 : Pause café

16h15 – 17h30 : Projection : Saïgon informel : les travailleurs de la zone grise.
Un film réalisé par Axel Demenet, Vincent Doubrère et Jean-Yves Ricci
Discussion/questions : Mireille Razafindrakoto et François Roubaud (IRD)

Jeudi 18 juillet 2019

8h30 – 9h00 : Accueil des participants

9h – 9h15 : Séance d’ouverture

9h15 – 10h30 : Vers l’opérationnalisation d’un nouvel agenda de l’emploi intégré et fondé sur des données rigoureusesen Côte d’Ivoire : retour d’expérience Samuel Kembou (IPA, Côte d’Ivoire)
Discussion/questions : Azan Kouakou (Direction générale de l’Emploi)

10h30 – 11h00 : Pause café

11h00 – 12h30 : Table ronde : Politiques de l’emploi et insertion sur le marché du travail : réalités et perspectives Intervenants à confirmer

12h30 – 13h00 : Synthèse des séances plénières : Mireille Razafindrakoto (IRD)

Partenaires 2019

Partenaires : les partenariats de 2019 sont :

Côte d’Ivoire

  • École Nationale Supérieure de Statistiques et d’Economie Appliquée (ENSEA)
  • Université Félix Houphouët Boigny.
  • Centre de Recherches Microéconomiques du DEéveloppement (CREMIDE).
  • Département d’histoire de l’Université Félix Houphouët-Boigny (UFR SHS)
  • Agence universitaire de la francophonie Afrique de l’Ouest (AUF)

France/Europe

  • Agence Française de Développement (AFD)
  • Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Institut de recherche pour le développement (IRD)
  • Unesco (MOST)
  • Eurostat (à confirmer)
  • Institut des Mondes Africains
  • UMR DIAL
  • UMR D&S

Partenaires 2018

Partenaires : les partenariats de 2018 sont :

Madagascar

  • Instat Madagascar
  • Université d’Antananarivo
  • Université de Toamasina
  • Agence universitaire de la francophonie Océan Indien (AUF)
  • Coef Ressources

France/Europe/Monde

  • IRD
  • DIAL (IRD)
  • IMAF (IRD-CNRS-EHESS-Univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne)
  • D&S (IRD-Univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne)
  • AFD
  • Banque Mondiale
  • Unesco (Programme Most international)
  • SCAC Ambassade de France à Madagascar
  • Graduate Institute Geneva

Atelier 4 : Travail, intégration sociale et politiques d’emploi : pour une meilleure évaluation des interventions de développement et de leurs résultats

Tany Vao Côte d’Ivoire 2019.

Université d’été en sciences sociales en Côte d’Ivoire

Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales

 

ATELIER 4 : Travail, intégration sociale et politiques d’emploi : pour une meilleure évaluation des interventions de développement et de leurs résultats

 

A. BIAUSSAT (Collateral Creations), A-C. DUPORTAL (AFD), L. MARTINEZ (Université Bordeaux – AFD), B. NILSSON, (IRD-DIAL), C. ZANUSO (AFD)

 

Objectifs de l’atelier 4 :

  • Echanger sur les avantages, limites et complémentarités des différents outils d’évaluation et partager les bonnes pratiques
  • Renforcer les capacités de mesure des résultats sur l’emploi des interventions de développement et politiques publiques pour l’aide à la décision

 

L’évaluation d’interventions de développement et de politiques publiques a connu un essor indéniable au cours des trois dernières décennies, à la fois au sein des administrations publiques et des organisations internationales, bailleurs de fonds et ONG. L’idée d’attribuer une partie des ressources d’une institution à un examen approfondi du succès des activités qu’elle finance apparaît aujourd’hui comme une évidence, et on a ainsi assisté dans de nombreux domaines à la structuration d’un marché de l’évaluation avec des acteurs professionnalisés et formés.

 

En tant que défis quasi-structurels de bon nombre de pays en développement, le dynamisme du marché du travail et la création d’opportunités professionnelles satisfaisantes  ont fait et continuent de faire l’objet de nombreuses interventions des décideurs. L’efficacité et la viabilité de ces programmes et politiques ainsi que la pérennité de leurs impacts sont cependant longtemps restées incertaines, et la pratique de l’évaluation continue à se heurter dans de nombreux cas à des difficultés politiques et organisationnelles. Dans cette perspective, cet atelier constitue un lieu d’interaction et de discussion autour des pratiques d’évaluation en lien avec les programmes et politiques ciblant le travail. Il sera l’occasion de questionner la pertinence de l’évaluation comme aide à la décision, et tâchera de placer celle-ci dans un contexte plus large de production de connaissances en sciences sociales.

 

Plus particulièrement, l’atelier explorera les liens entre l’évaluation et l’approche méthodologique employée par les participants dans leurs propres travaux de recherche ou pratiques professionnelles. Il combinera des exemples concrets d’évaluations dans le cadre de programmes d’emploi et d’insertion avec des discussions théoriques sur la portée et les limites de l’évaluation. Une attention particulière sera réservée à l’insertion des jeunes sur le continent africain, et aux défis particuliers que posent les caractéristiques des marchés du travail du continent (fort taux d’informalité, dualité public-privé, système de protection sociale défaillant, économie agraire, etc.).

 

L’atelier sera organisé en deux temps :

  • Présentation des principaux enjeux de l’évaluation et du panorama des diverses formes qu’elle peut prendre, en discutant des avantages et limites de chacune.
  • Exemples concrets et cas pratiques pour présenter plus en détails les prérequis de chaque type d’évaluation, appréhender plus précisément les méthodologies et les mettre en pratique.

 

Pour les cas pratiques, les participants seront organisés en petits groupes pour permettre aux intervenants de répondre au mieux aux attentes concrètes et différents niveaux des participants. Ces derniers pourront choisir l’intervention emploi/formation professionnelle qu’ils souhaitent évaluer et auront la responsabilité de sélectionner la ou les méthodes pertinentes qu’ils souhaitent mobiliser et approfondir. En fin d’atelier, les participants exposeront leur choix méthodologique et les résultats de leur évaluation, qui seront ensuite discutés par un panel d’experts.

Atelier 3 : Sciences sociales, études de genre : Genre et travail : inégalités et autonomisation

Tany Vao Côte d’Ivoire 2019.

Université d’été en sciences sociales en Côte d’Ivoire

Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales

Atelier 3 :

Sciences sociales, études de genre :

« Genre et travail : inégalités et autonomisation »

Gaëlle Gillot (D&S, Univ. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Charlotte Guénard (D&S, Univ. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Karine Marazyan (D&S, Univ. Paris 1 – Panthéon Sorbonne)

Le 5ème Objectif du développement durable est l’égalité entre les sexes. Il rappelle que « mettre fin à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et des filles n’est pas seulement un droit humain fondamental, mais également essentiel pour accélérer le développement durable. Il a été prouvé à maintes reprises que l’autonomisation des femmes et des filles avait un effet multiplicateur et contribuait à stimuler la croissance et le développement économique dans tous les domaines. » 

Or, si de nombreux progrès ont été réalisés depuis les années 2000, partout dans le monde, on observe la récurrence et la pérennité des inégalités au travail et l’accès à un emploi rémunéré, principal vecteur d’autonomisation, est loin d’être un acquis pour les femmes. Si les femmes ont toujours travaillé, c’est leur entrée dans l’emploi salarié et le développement de ce type d’emploi qui a rendu visible leur travail. L’emploi salarié entraîne des changements importants dans la vie des femmes, leur donnant accès à un revenu et avec ce revenu, à la possibilité (montrée depuis longtemps déjà, Boserup, 1970) de décider davantage. Ainsi, depuis des décennies, l’autonomisation des femmes est ce qui se dessine avec l’accès à un salaire.

En plus des inégalités d’accès à un travail salarié, les sphères d’activités sont très séparées entre les hommes et les femmes. Le care et le travail domestique restent une spécialité des femmes tout comme la problématique de la « conciliation » entre travail domestique et travail salarié, cette dimension étant souvent prise en considération dans la mise en place des projets de mise au travail des femmes. Des différences de conditions de travail entre hommes et femmes existent aussi dans le domaine du travail agricole, encore un gros pourvoyeur d’emplois. De façon générale, les femmes occupent une position de vulnérabilité très forte.

En Afrique subsaharienne, comme dans d’autres régions du monde telles l’Afrique du Nord ou l’Asie,  si les femmes sont très visibles au travail dans la vie quotidienne, elles le sont peu dans les statistiques (Charmes, 2005). Ce paradoxe soulève la question de la mesure du travail des femmes. 

L’atelier se propose de décrypter les enjeux et les problématiques d’une approche genrée du travail, de l’impact de la mesure du travail des femmes et de l’impact du travail des femmes sur le développement. A partir d’une approche surtout qualitative mais également quantitative, son objectif est triple : 

–       Familiariser les participant.e.s avec les concepts et les problématiques clés d’une approche genrée du marché du travail, en appliquant une lecture genrée aux différentes entrées thématiques sur le travail (chômage, écarts de salaire, précarité, informalité, spécialisation genrée, travail productif/reproductif, etc…) ;

–       Introduire les principales sources qualitatives et quantitatives de données qui peuvent être mobilisées dans ce type d’approche et les différentes méthodologies qualitatives et participatives des SHS ;

–       Former les participant.e.s aux différentes étapes de la recherche à travers des travaux de groupe thématiques basées sur des données de terrain produites par les participant.e.s lors des ateliers.

L’atelier alternera des présentation générales par les format.eur.rice.s à partir d’études générales et à partir de leurs propres travaux de recherche, des présentations de méthodes de production de données, et des exercices concrets de terrain. Les ateliers se veulent participatifs et interactifs de façon à créer des échanges fertiles entre format.eur.rice.s et participant.e.s. Les participant.e.s réaliseront, suivi.e.s de près par les responsables de l’atelier, des enquêtes de terrain sur des thématiques définies à partir des problématiques abordées par des projets de développement d’ONG ou de politiques publiques en Côte d’Ivoire visant à l’autonomisation des femmes par le travail.

Atelier 2 : Marché du travail, emploi décent et ODD : Une entrée par les enquêtes ménages

Tany Vao Côte d’Ivoire 2019.

Université d’été en sciences sociales en Côte d’Ivoire

Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales

 

ATELIER 2

Marché du travail, emploi décent et ODD :

Une entrée par les enquêtes ménages

 

RAZAFINDRAKOTO (IRD-DIAL), F. ROUBAUD, (IRD-DIAL) et J.-M. WACHSBERGER (Université Lille, DIAL)

 

Le marché du travail revêt une importance centrale dans les pays en développement non seulement parce que les revenus du travail constituent la première source de revenus pour la plupart des ménages mais aussi en raison des difficultés qu’éprouve une large part de la population, en particulier les jeunes, à obtenir un emploi de qualité. Il constitue la principale courroie de transmission entre la dynamique macroéconomique (politiques publiques, chocs externes et internes) et les conditions de vie des ménages (au niveau micro). Le travail est aussi un vecteur fondamental de l’intégration sociale des sociétés contemporaines. L’analyse du fonctionnement du marché du travail est donc essentielle pour comprendre les dynamiques économiques et sociales à l’œuvre, et partant une condition de premier plan pour enclencher un processus vertueux de croissance inclusive et durable.

Les nouveaux engagements internationaux renforcent l’intérêt porté au marché du travail au plus haut niveau de priorité. Absent des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD, 2000-2015), les questions d’emploi et d’informalité sont au cœur des Objectifs du Développement Durable (ODD, 2016-2030), notamment à travers l’ODD8 (Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous), décliné en plusieurs cibles et indicateurs. Les ODD intègre de plain-pied l’agenda du Travail décent lancé il y a deux décennies par le BIT, qui fête son centenaire cette année.

L’atelier se propose d’aborder la question du marché du travail à partir de la principale source des données existantes : les enquêtes-emploi. L’approche sera donc principalement (mais pas exclusivement) quantitative, et à coloration disciplinaire économique et sociologique. Son objectif est triple :

  • familiariser les participants avec les concepts et les problématiques centrales du marché du travail (dualisme, segmentation, chômage, sous-emploi, économie informelle, emploi décent, discrimination, qualité et satisfaction dans l’emploi, etc.) ;
  • introduire aux principales sources de données mobilisables (les enquêtes-ménages), et à leur prise en main : présentation des principes statistiques, réflexion critique sur les indicateurs qui peuvent en être tirés, techniques et premières analyses ;
  • former les participants aux différentes étapes de la recherche à travers des travaux de groupe thématiques basées sur des données « grandeur nature » (définition d’une problématique, mise en œuvre, analyse et restitution des résultats).

L’atelier alternera présentations générales par les formateurs (notamment à partir de leurs propres travaux de recherche) et exercices d’applications concrètes. Les modalités d’interactions privilégieront une approche participative stimulée par les échanges croisés entre formateurs, ainsi qu’entre formateurs et participants. Les participants auront aussi à réaliser, en groupe, un mini projet de recherche « à la carte », sur un thème qu’ils auront choisi. Il sera principalement basé sur l’exploitation des différentes vagues récentes de l’enquête-emploi en Côte d’Ivoire, et complété par un travail de terrain (entretiens qualitatifs) visant à illustrer, approfondir et éventuellement questionner les résultats obtenus à partir des enquêtes statistiques.

 

Atelier 1 : Méthodes pour l’histoire du travail (historiographie, archives et enquêtes de terrain)

Tany Vao Côte d’Ivoire 2019.

Université d’été en sciences sociales en Côte d’Ivoire

Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales

 

ATELIER 1 :

Méthodes pour l’histoire du travail (historiographie, archives et enquêtes de terrain)

 

Chikouna CISSE (Univ. Cocody) ; Daouda GARY-TOUNKARA (IMAF – CNRS), Karine MARAZYAN (D&S – Univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne) ; Samuel F. SANCHEZ (IMAF – Univ. Paris 1-Panthéon Sorbonne)

L’atelier 1 vise à apporter aux participants un bagage méthodologique propre à la réalisation de travaux de recherche en histoire. Il sera donc organisé autour de la maîtrise de la méthode historique, comprenant de l’historiographie, l’identification de thèmes de recherche et enjeux de problématisation. Il s’agira ensuite d’aborder des questions épistémologiques et de méthodes spécifiques, en particulier sur le statut de l’archive et la méthode de l’entretien oral pour l’histoire sociale. Ces éléments seront abordés de manière d’abord théorique puis mis en œuvre par les étudiants eux-mêmes lors d’un travail de terrain ou reposant sur des données historiques quantitatives. Enfin, la restitution d’un bilan synthétique de l’atelier, sera également l’occasion d’un exercice de rédaction et de présentation bienvenu.

La thématique centrale de l’université d’été 2019 est celle du travail et de l’intégration sociale, qui lui est immédiatement reliée. Après avoir présenté les enjeux historiographiques actuels sur les formes anciennes (esclavage, engagisme, migrations volontaires…) et moins anciennes de travail (travail en contexte colonial, post-colonial, histoire du syndicalisme, etc.), envisagé également le rôle des institutions (écoles, missions, administrations, etc.) sur les mondes du travail, nous présenterons globalement les aspects méthodologiques divers pour aborder l’histoire du travail, notamment la réalisation d’une recherche de terrain.

  • La question des archives, si centrale pour les historiens, sera traitée. D’un point de vue épistémologique, on commencera par s’interroger sur ce qu’est une archive. Comment lui donner du sens et comment l’analyser ? Comment déconstruire les l’ordre pensé par l’archive ? Quelle est la différence entre une archive issue d’un pouvoir public et des archives privées, ‘hors les murs’ ? Quelles sont les différentes stratégies pour organiser ces données ? On abordera là aussi des « trucs et astuces » d’historiens pour découvrir des fonds, y accéder et les valoriser.
  • L’enquête orale est un des piliers de la méthode en histoire sociale, et ce sera un point important de l’atelier 1. Comment d’abord considérer la source orale comme une source ? Comment la lire et la critiquer ? Ensuite, du point de vue pratique, comment identifier des interlocuteurs, préparer un entretien, comment articuler les résultats d’enquêtes orales qualitatives et les résultats des recherches en archive ?
  • Une introduction à l’analyse de données quantitatives, ainsi qu’à des outils de cartographie des données, sera également proposée, afin de compléter ce bagage méthodologique.

A la suite de cette formation théorique, les étudiants devront mobiliser les points historiographiques et méthodologiques présentés et les mettre en œuvre pour aborder leur projet de terrain ou d’analyse de données de manière réflexive.

La mise en œuvre des méthodes s’effectuera principalement en profitant du site dans lequel se tiendra l’Université d’été, Grand Bassam. Celle-ci sera le principal lieu d’application et de mise en œuvre des méthodes enseignées en formation, notamment en matière de recherche d’archives écrites, de sources orales, et l’observation des traces architecturales ou urbaines de l’inscription du travail dans cette société urbaine. La ville et le sud-est ivoirien est un excellent terrain pour aborder l’histoire du travail en Côte d’Ivoire. Elle connaît en effet une activité commerciale croissante, au XIXe s., dans le contexte de la transition du commerce illicite des captifs au commerce licite des produits (le comptoir fut fondé en 1842) et du fait du voisinage immédiat de la prospère Côte de l’Or. A travers son wharf (détrôné par le port d’Abidjan à partir de 1950) et les activités afférentes, la question de la main d’œuvre et de l’employabilité constituent des points déterminant dans l’organisation urbaine et la structuration sociale de la ville, notamment à l’époque dite « coloniale ». La main d’œuvre servile y était disponible du fait des échanges vers la Gold Coast à l’est ou la vallée du Niger au nord, et de l’exploitation naissante des billes de cajou en direction de la métropole, de quoi drainer des flux migratoires diversifiés au tout début du XXe s, alors que Bassam constitue la capitale de la colonie.

L’atelier abordera également la question du travail à l’échelle de l’ensemble de la Côte d’Ivoire sous administration coloniale, à travers des analyses plus générales, fondées sur des méthodologies variées (recherches d’archive, enquêtes orales, analyse de données quantitatives). Comme d’autres colonies de l’AOF, la Côte d’Ivoire a été le terrain de diverses expérimentations sociales, notamment dans le cadre du travail et des migrations de travail, qui avaient pour objectif la transformation des sociétés locales, conformément à la doctrine de la « mission civilisatrice » ou celle, plus tardive, de la « mise en valeur » des territoires coloniaux (A. Sarrault). Quelles ont été ces expérimentations ? Quels investissements ont-elles représenté ? Quelles transformations attendues et inattendues dans les mondes du travail ont-elles effectivement conduites ?

A travers des travaux de groupe (4 à 5 étudiants par groupes) les étudiants devront d’abord trouver des sujets et formuler des hypothèses relatives à l’histoire du travail et de ses implications sociales à Grand Bassam ou à l’échelle de la Côte d’Ivoire. Ils expérimenteront par la suite, par eux-mêmes, les méthodes pour trouver des archives et des témoins, tout en gardant une approche critique et réflexive sur les succès et difficultés rencontrés. La dernière étape de la formation consistera à rédiger un bilan sur les recherches pratiquées. Il s’agira de produire un compte-rendu des travaux et des méthodes utilisées, en mettant l’accent sur les difficultés méthodologiques rencontrées et de le restituer devant l’ensemble des ateliers, le dernier jour de la formation.

Tam Dao Mada (TDM) 2016

Gouvernance, Institutions et rôle des élites  

 

La formation régionale intitulée « Tam Dao Mada (TDM) : Université d’hiver austral en sciences sociales à Madagascar » a pour but le renforcement des capacités méthodologiques en sciences sociales, elle s’adresse aux étudiants, universitaires et praticiens du développement.

La première édition de Tam Dao Mada s’est déroulé sur deux sites : du 15 au 16 juillet 2016 à Antananarivo et du 17 au 23 juillet à Antsirabe.

Programme Tany Vao 2016

Compte rendu des plénières Tany Vao 2016

Bilan et perspectives Tany Vao 2016

Tany Vao Madagascar 2018

Tany Vao 2018. Université d’hiver austral en Sciences Sociales à Madagascar

Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales 

13 – 21 juillet 2018 

 

L’université d’hiver en sciences sociales Tany Vao Mada 2018 vise à dispenser une formation à la recherche de haut niveau en sciences sociales et à répondre à des besoins forts en termes d’encadrement, de méthodes, et de travail en réseau des doctorants et jeunes chercheurs malgaches (mais aussi de la sous-région) en sciences historiques et sociales. S’inscrivant dans une démarche pluridisciplinaire en croisant les apports des différentes disciplines des sciences sociales (économie, statistiques, socio-anthropologie, histoire, linguistique, géographie, science politique, etc.), elle s’adresse à un public constitué de doctorants mais aussi de professionnels souhaitant approfondir leurs connaissances. Elle entend par ailleurs favoriser la connexion entre la recherche scientifique et la société en permettant à la première de nourrir le débat public et d’aider à la décision politique.

Présentation de Tany Vao 2018

Bilan de Tany Vao 2018

 

L’ensemble des participants à l’université d’hiver austral Tany Vao Madagascar 2018

L’équipe des formateurs

 

Tany Vao Madagascar 2021

Mis en avant

Appel à candidature

Dans le cadre de la formation régionale intitulée « Tany Vao Mada » (TVM) visant le renforcement des capacités méthodologiques en sciences sociales, un appel à candidature est lancé en direction des étudiants, universitaires et praticiens du développement afin de participer à une édition resserrée pour cause de Covid de l’université d’hiver austral qui se déroulera à Toliara du 16 au 21 août 2021.

Profils des candidats

  • Universitaires : formations en sciences sociales ; masters 2, doctorants, enseignants, chercheurs.
  • Praticiens du développement : ONG ; ministères, secteur privé, etc.
  • Maitrise de la langue française.
  • Pour cette édition-relais, une priorité dans le recrutement sera accordée à des candidats rattachés à l’université de Toliara ou à une institution de la région Atsimo-Andrefana.

Conditions de participation

  • Disponibilité obligatoire des candidats pour assister à l’ensemble de la formation :
    • Un atelier se déroulant du lundi 16 au samedi 21 août à Toliara avec une demi-journée de restitution.
  • Formation gratuite, incluant les repas du midi du lundi au vendredi et un dédommagement forfaitaire pour le transport local pour venir et repartir du lieu de formation. N.B. L’université Tany Vao ne prend pas en charge l’hébergement et le déplacement pour venir à Toliara des participants qui n’y résident pas en permanence.
  • Nombre de candidats sélectionnés: 25.

Dossier de candidature et sélection

Remplir le formulaire en suivant le lien ci-contre :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeyIs8qHUaxbOUI0LnKGQJv9RHZbeu-3JhKrcgYcqTp8fu8OA/viewform?usp=sf_link

Calendrier : Ce formulaire doit être envoyé au plus tard le 13 juin 2021.

Pour toute question complémentaire, écrire à tvmada2021@gmail.com

Tany Vao Universités en Sciences sociales en Afrique

Le blog Hypothèses que nous proposons se veut l’interface des Universités en sciences sociales Tany Vao. Ces dernières visent à dispenser une formation à la recherche de haut niveau en sciences sociales et à répondre à des besoins forts en termes d’encadrement, de méthodes, et de travail en réseau des doctorants et jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales, en Afrique de l’Ouest et à Madagascar. S’inscrivant dans une démarche pluridisciplinaire en croisant les apports des différentes disciplines des sciences sociales (économie, statistiques, socio-anthropologie, histoire, linguistique, géographie, science politique, etc.), elle s’adresse à un public constitué d’étudiants (doctorants), de chercheurs mais aussi de professionnels souhaitant approfondir leurs connaissances. Elle entend par ailleurs favoriser la connexion entre la recherche scientifique et le monde non-académique en permettant à la première de nourrir le débat public et d’aider à la décision politique.
Elle constitue une extension de l’université en sciences sociales Tany Vao Madagascar qui s’est tenue à 2 reprises à Madagascar, en 2016 et 20181. En amont, elle capitalise également sur les acquis positifs de la longue expérience initiée au Vietnam par différentes institutions dont l’AFD, l’IRD et l’AUF, avec l’Université d’été en Sciences Sociales en Asie du Sud- Est intitulée « Les journées de Tam Dao » (JTD), conduite annuellement entre 2007 et 20152. Suivant l’objectif de renforcement des capacités de recherche et d’analyse en Afrique, cette formation est destinée à être reproduite chaque année avec un nouveau thème, en alternant une année à Madagascar (année paire : couverture Océan Indien), et une année sur le continent (année impaire : couverture Afrique continentale). La première édition sur le continent africain aura lieu en 2019 en Côte d’Ivoire.

À chaque édition, une entrée thématique transversale est choisie pour permettre aux participants d’améliorer leurs connaissances et de se familiariser avec des approches, outils ou méthodes d’analyse en sciences sociales mobilisés par des chercheurs pour aborder concrètement une problématique donnée. Parallèlement à l’objectif méthodologique, il s’agit de renforcer les capacités d’analyse des changements économiques et sociaux. Partant, la formation permet d’éclairer les politiques publiques, les projets de développement, et d’alimenter le débat démocratique. Enfin, les modules de formation élaborés dans le cadre des sessions constituent des outils pédagogiques mobilisables pour les chercheurs et enseignants du pays, outils qu’ils peuvent continuer à développer et qu’ils peuvent articuler à d’autres programmes (recherches en Master ou Doctorat).
Chaque édition annuelle est organisée sur une durée de huit jours : deux jours de sessions plénières suivis d’une semaine d’ateliers parallèles. Outre la formation dispensée, cette université en sciences sociales permet aussi de constituer une plateforme de discussion sur une thématique transversale donnée et les politiques qui s’y rapportent. Elle est également l’occasion d’une mise en réseau de jeunes chercheurs de disciplines et localisations différentes, propre à susciter des dynamiques collectives et à favoriser le dialogue interculturel. Les groupes Facebook Tam Dao Madagascar 2016 et Tany Vao Madagascar 2018 nourrissent jusqu’à aujourd’hui de nombreux échanges entre jeunes scientifiques malgaches intéressés au développement du pays. Pour son édition 2018, l’université Tany Vao Madagascar a obtenu le label « Ecole MOST internationale » de l’UNESCO.
La thématique proposée cette année est « Travail, intégration sociale et politiques d’emploi ». Elle répond à des demandes fortes en termes de connaissances propres à éclairer les décideurs politiques. Le travail est en effet un élément indispensable de l’intégration sociale mais est aussi parfois un lieu de production des inégalités et d’expression des discriminations, notamment en termes d’origine, de genre et de classe d’âge, avec la question de l’emploi des jeunes, mise au cœur de l’agenda international. L’année 2019 marque de surcroît le centenaire de l’Organisation Internationale du Travail.
Cette université d’été en sciences sociales s’inscrit pleinement dans deux des Objectifs de Développement Durable adoptés en 2015 par les pays membre de l’ONU pour la période 2016- 2030. L’ODD 4 vise à assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et à promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. Tany Vao Côte d’Ivoire 2019 répond à cet objectif en assurant la parité homme/femme des recrutements des participants, en permettant à des personnes déjà engagées professionnellement de participer pour obtenir un complément de formation, et d’une façon générale en augmentant les compétences techniques et professionnelles. Ces dernières pourront aider par exemple certains d’entre eux à devenir des enseignants qualifiés et à poursuivre à leur tour l’ODD 4. A titre d’exemple, un membre du comité d’organisation et également formatrice de l’édition 2018 était une ancienne étudiante de Tam Dao Mada 2016. L’ODD 8 vise lui à promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, en insistant sur l’accès à un travail décent pour tous. Le thème de cette année répond à cet objectif en amenant les jeunes chercheurs à analyser les liens existant entre l’insertion sur le marché du travail, la qualité des emplois et l’intégration sociale.
Reposant sur le principe d’une approche pluridisciplinaire, Tany Vao Côte d’Ivoire 2019 répond à une demande, plusieurs fois renouvelée, des partenaires ivoiriens dans le domaine de la formation. En particulier, un des objectifs affichés de l’ENSEA est d’offrir des formations pluridisciplinaires de qualité pour compléter les cursus existants.