Tany Vao Madagascar 2022 : Atelier 3

ATELIER 3 

Ethnoécologie en interdisciplinarité pour aborder les interactions Nature – Société 

Vero RAFIDISON (MBEV Université de Tana), Francis VERIZA (Université de Tulear), Rivolala BEZAKA (IMATEP), Elodie FACHE (IRD, SENS), Marie TOUSSAINT (UMR SENS), Julien BLANCO (IRD, SENS) et Stéphanie CARRIÈRE (IRD, SENS) 

Les populations des pays du Sud vivent le plus souvent en étroite connexion avec la nature dont ils tirent une large part de leur alimentation, pharmacopée et matériaux (fibres, bois, combustible…) tout en pratiquant des activités agricoles et d’élevage. Pour autant, ces sociétés ne vivent pas à l’écart des transformations du monde (économie de marché, globalisation, changement d’occupation des terres, réchauffement climatique, politiques de développement et de conservation, projets de développement agricoles). Au contraire, elles en subissent les conséquences parfois à leurs dépens. Ces changements, associés à des changements endogènes (augmentation de la population, conditions d’accès aux marchés), peuvent entrainer des changements de pratiques, de savoirs et de valeurs, entrainant à leur tour des modifications parfois importantes des écosystèmes dont dépendent ces populations. C’est pourquoi décrire, comprendre et analyser les interactions qu’entretiennent ces populations avec leur système socioécologique est un prérequis indispensable pour analyser les effets des changements globaux sur les modes de vie. La diversité des ressources cultivées ou sauvages, tout comme la diversité des savoirs des pratiques sont les garants de la durabilité de ces systèmes socioécologiques. Les comprendre permet de mieux anticiper les conséquences des changements globaux sur ces systèmes. Quels savoirs et savoir-faire contribuent au maintien de la biodiversité et de l’agrobiodiversité ? Comment ces savoirs et ces ressources évoluent et circulent et quels sont les « drivers » ? Quelles sont les pratiques induites par les changements qui ont des effets délétères sur les socioécosystèmes et leur résilience ? Comment aborder ces questions avec les populations ? Quelles représentations ont-elles de ces dynamiques et de l’effet de leurs pratiques ? Quels savoirs pourraient être utiles à mobiliser pour caractériser et quantifier ces changements pour réfléchir à une valorisation durable des agroécosystèmes ? À Madagascar, la crise environnementale et la pauvreté nous poussent à penser des compromis qui permettront aux populations de mieux vivre en utilisant la nature, tout en permettant dans les mêmes espaces le maintien de la biodiversité sauvage et cultivée. Ces questions sont au coeur des Objectifs du Développement Durable (ODD, 2016-2030). 

Cet atelier propose d’aborder ces questions au plus proche du terrain et des populations. Les concepts et les méthodes abordés seront ceux de l’écologie, de l’économie écologique (chaînes de valeur), de l’ethnoécologie et de l’anthropologie. Les approches mobilisées, résolument comparatives, relèveront de l’interdisciplinarité, des sciences participatives voire de la recherche action. Cet atelier vise à montrer l’intérêt de naviguer entre des approches hypothético-déductives et inductives, de collecter des données qualitatives et quantitatives pour répondre à ces questions. Les objectifs sont les suivants : 

-familiariser les participants avec l’interdisciplinarité, le comparatisme et la participation ; 

-introduire aux principales méthodes de collecte de données sur les savoirs locaux, les pratiques, les normes et le matériel biologique (entretiens, enquêtes individuelles et de groupe, inventaire des savoirs et de la diversité biologique, observation participante, immersion) et à leur prise en main. Présentation des méthodes d’analyse (discours, données quali-quanti, statistiques) ; 

-former les participants aux différentes étapes de la recherche à travers des travaux de groupe thématiques basées sur des données collectées sur place (définition d’une problématique, mise en oeuvre, analyse et restitution des résultats). 

L’atelier alternera présentations générales par les formateurs (notamment à partir de leur recherche et expérience) et mise en situation concrète. Les modalités d’interactions privilégieront une approche participative stimulée par les échanges croisés entre formateurs, ainsi qu’entre formateurs et participants. Les participants auront aussi à réaliser, en groupe, un mini projet de recherche sur le choix d’un thème qui leur sera proposé. 



Citer ce billet
Samuel Sanchez (2022, 23 août). Tany Vao Madagascar 2022 : Atelier 3. Tany Vao. Universités d’été en Sciences Sociales en Afrique de l'Ouest et à Madagascar. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/unpb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.