Tany Vao Madagascar 2021

Environnement et sociétés. Une application au cas du Makay

L’Université d’hiver austral en sciences sociales Tany Vao Madagascar (TV-Mada 2021 – édition relais) sera une déclinaison resserrée de celle qui aurait dû se tenir en juillet 2020 à Madagascar et qui a été annulée pour cause de pandémie. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’édition 2021 ne pourra pas non plus se tenir dans le format habituel (une centaine d’étudiants, conférences plénières dans la capitale pendant deux jours puis 4 ateliers méthodologiques et thématiques pendant 5 jours et demi dans une capitale régionale). Elle réunira 25 étudiants/participants à Toliara du 16 au 21 août, lesquels recevront une formation aux approches et méthodes de recherche sur le thème « Environnement et sociétés ». Ils bénéficieront pour cela d’un encadrement conjointement local et distanciel. 

Objectif et déroulement de l’atelier

Il s’agit de permettre aux participants d’acquérir des connaissances approfondies et pratiques sur la façon d’aborder et de planifier des recherches sur une thématique et une problématique donnée et de se familiariser avec différentes approches, méthodes et outils de recherche et de collecte de données. Les formateurs chercheront notamment à illustrer la complémentarité entre les disciplines et entre les approches quantitatives et qualitatives, avec comme cas d’étude la zone du Makay, terrain connu et investi des formateurs.

L’atelier constitue une occasion pour les participants de développer dans le cadre de groupe de travail des micro-projets qui leur permettent de se confronter concrètement aux contraintes et limites inhérentes à une approche ou à la mobilisation d’un outil pour aborder une problématique donnée.

Les 25 étudiants seront rassemblés du lundi 16 août au samedi 21 août matin dans les salles COVID compatibles de l’Alliance Française et dans le strict respect des règles de distanciation et d’adoption des gestes barrières. Les matinées seront consacrées aux conférences interactives thématiques et méthodologiques et à la préparation des travaux de groupe. Les après–midis, les étudiants, par groupe de quatre ou cinq, travailleront à la réalisation d’une recherche sur un thème qu’ils auront choisi avec l’aide des formateurs, en utilisant les différentes données que ces derniers leur auront fournies (carnets de terrain, rapports d’enquêtes, données statistiques, entretiens retranscrits, …) et/ou qu’ils auront recueilli eux-mêmes.  Chaque fin de journée sera clôturée par un échange avec les formateurs sur le travail réalisé.  Le samedi matin sera consacré à la restitution du travail de chaque groupe.

 

Programme provisoire des conférences thématiques et méthodologiques

Témoignages et interrogations sur la nécessité de créer l’aire protégée du Makay 

Bernard Forgeau

L’accumulation des données de terrain, acquises le plus souvent par la transmission orale et l’observation, constitue la base du savoir empirique indispensable à l’application de la science au service de la gestion de l’environnement en corrélation avec la compréhension des communautés autochtones. Les décisions bien souvent répressives des institutions administratives se heurtent au quotidien de la vie et aux traditions, voire elles ignorent les difficultés de la précarité des communautés. Comment faire cohabiter les raisonnements scientifiques avec le savoir traditionnel ? Comment favoriser le développement et éviter que les pressions anthropiques n’impactent pas l’environnement ? Le massif du Makay a fait l’objet d’une étude pour justifier de l’intérêt de sa mise en protection, il est aujourd’hui classé Nouvelle Aire Protégée. Cette présentation portera sur trente années d’observations et d’écoutes des communautés locales dans une région de Madagascar totalement enclavée.

La mise en place d’un dispositif de suivi-évaluation dans une Aire protégée : enjeux généraux et application au cas du Makay

Mireille Razafindrakoto et François Roubaud

La présentation vise familiariser les participants avec les enjeux et les options méthodologiques pour la mise en place de dispositifs de connaissance, suivi et évaluation socio-économique et environnemental dans le champ des Aires protégées. Pour illustrer le propos, il s’appuiera sur un dispositif composé de trois bras articulés, combinant sciences sociales et sciences de la nature et de la terre, aussi bien quantitatifs que qualitatifs, proposé dans le cas du massif du Makay, emblématique de la richesse de la biodiversité, avec un taux d’endémisme important, et du patrimoine naturel et culturel malgache.

Anthropologie du développement : courants, approches et méthodes

Christian Culas et Emmanuel Pannier

Cette conférence présentera les grandes tendances de l’anthropologie du développement et les principales approches et méthodes qui découlent de ces courants.  Après une présentation critique de la notion de développement, nous dresserons un bref historique des liens entre anthropologie et développement. Nous aborderons enfin les différentes pratiques et postures de l’anthropologie du développement entre la recherche appliquée et la recherche académique, avec des exemples tirés d’expériences au Vietnam et à Madagascar.

Comprendre les interactions entre les activités des populations rurales et leur environnement : approches complémentaires de l’écologie et de l’ethnoécologie 1 : les enjeux

Stéphanie Carrière

Les populations rurales malgaches vivent en étroite connexion avec la nature et dont ils tirent une large part de leur alimentation, pharmacopée et matériaux (fibres, bois, combustible…) et avec laquelle ils entretiennent aussi d’autres liens (religieux, cérémoniels, symboliques, contemplatifs). Pour autant, ces sociétés ne vivent plus à l’écart des transformations du monde actuel: économie de marché, globalisation, changement d’occupation des terres, réchauffement climatique, politiques de développement et de conservation, projets de développement agricoles. Bien au contraire, même si certaines s’y adaptent, beaucoup en subissent les conséquences le plus souvent à leurs dépens. Ceci induit des changements impulsés de l’extérieur qui, associés à des transformations endogènes (accroissement démographique, érosion des pouvoirs locaux, affaiblissement des systèmes de croyances traditionnels), peuvent entrainer des changements de pratiques, générant un bouleversement des socio-écosystèmes de référence de ces populations.

Comprendre les interactions entre les activités des populations rurales et leur environnement : approches complémentaires de l’écologie et de l’ethnoécologie 2 : les méthodes

Stéphanie Carrière

C’est pourquoi recenser, décrire, comprendre et analyser les interactions qu’entretiennent ces populations avec le milieu naturel est un prérequis indispensable pour analyser les effets des changements globaux sur les modes de vie, les savoirs, les représentations et les usages de la nature et ainsi mieux anticiper les impacts qu’ils peuvent avoir sur les écosystèmes. Quels savoirs et savoir-faire contribuent au maintien de la biodiversité ? Quelles sont les pratiques induites par les changements qui ont des effets dommageables sur les écosystèmes ? Comment aborder ces questions avec les populations ? À Madagascar, la crise socio-environnementale et la pauvreté croissante nous poussent à réfléchir à des compromis pouvant permettre aux populations de mieux vivre de et avec la nature, tout en permettant sur ces mêmes espaces le maintien de la biodiversité. Ces deux interventions proposent d’aborder ces questions plus proches du terrain et des populations. Les concepts et les méthodes utilisés relèvent de l’écologie et de l’ethnoécologie. Les approches mobilisées, résolument comparatives, interdisciplinaires mobilisent aussi les sciences participatives. Ces interventions visent à montrer l’intérêt d’hybrider des approches hypothético-déductives et inductives, de collecter des données qualitatives et quantitatives pour répondre à l’ensemble de ces questions et en formuler d’autres.

Conseils pratiques et techniques pour le traitement des données qualitatives

Emmanuel Pannier et Christian Culas

Cette présentation vise à guider les participants pour le traitement et l’analyse de données de terrain depuis le classement des informations à la production d’interprétations en passant par la constitution d’une base de donnée thématique. Les conseils et techniques présentés serviront de base pour les séances de travaux pratiques, durant lesquelles les participants devront traiter et analyser un corpus de données brutes issues d’enquêtes à Madagascar sur la Nouvelle Aire protégée du Makay.

Le raisonnement en sciences humaines et sociales

Jean-Michel Wachsberger

 Cette communication vise à fournir une aide à la réalisation des travaux des étudiants en présentant de façon concrète et illustrée quelques caractéristiques du raisonnement en sciences humaines et sociales. Il sera notamment abordé la formation des concepts, la réalisation des classifications et la construction des typologies, les formes de l’argumentation et de l’écriture scientifique.

Faire l’histoire d’une région hors-champ : le Makay

Samuel F. Sanchez

Il s’agira dans cette intervention de présenter les méthodes par lesquelles les historiens peuvent apporter leur expertise sur la question environnementale et sociale en milieu rural. Le massif du Makay, très faiblement couvert par le maillage administratif et à l’écart des grands réseaux de communication, est à plusieurs titres un cas d’école des difficultés méthodologiques que les historiens peuvent rencontrer dans leur quête d’archives écrites. La région a été peu fréquentée par des témoins producteurs d’archives et par l’administration coloniale française.

Après avoir présenté rapidement comment le Makay a été (très faiblement) envisagé en tant que tel par l’ethnographie et l’historiographie et esquissé quelques grands traits introductifs sur l’histoire de cette région, je présenterai le cheminement suivi pour trouver des archives concernant les fonctionnements socio-économiques, en particulier dans les districts de Beroroha et Malaimbandy. A travers des documents produits par l’administration coloniale, je présenterai quelques éléments aidant à mieux comprendre les systèmes économiques, surtout agraires, de la région dans les années 1920-1950.

Enfin, cette présentation sera l’occasion de réfléchir à un projet d’enquêtes sur le terrain pour documenter le passé socio-économique du Makay. Le terrain des historiens du Makay aurait deux volets : le premier serait consacré à la recherche d’archives écrites conservées localement (Province, districts…). Le deuxième, car les historiens ne peuvent se contenter des archives pour appréhender le passé des sociétés orales, s’appuierait sur l’observation et des enquêtes orales, visant à envisager la mémoire des habitants et les traditions orales comme sources cruciales.

Inscription

Pour candidater, merci de remplir le formulaire suivant avant le 13 juin 2021

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeyIs8qHUaxbOUI0LnKGQJv9RHZbeu-3JhKrcgYcqTp8fu8OA/viewform?usp=sf_link


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.