Atelier 3 : Sciences sociales, études de genre : Genre et travail : inégalités et autonomisation

Tany Vao Côte d’Ivoire 2019.

Université d’été en sciences sociales en Côte d’Ivoire

Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales

Atelier 3 :

Sciences sociales, études de genre :

« Genre et travail : inégalités et autonomisation »

Gaëlle Gillot (D&S, Univ. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Charlotte Guénard (D&S, Univ. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Karine Marazyan (D&S, Univ. Paris 1 – Panthéon Sorbonne)

Le 5ème Objectif du développement durable est l’égalité entre les sexes. Il rappelle que « mettre fin à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et des filles n’est pas seulement un droit humain fondamental, mais également essentiel pour accélérer le développement durable. Il a été prouvé à maintes reprises que l’autonomisation des femmes et des filles avait un effet multiplicateur et contribuait à stimuler la croissance et le développement économique dans tous les domaines. » 

Or, si de nombreux progrès ont été réalisés depuis les années 2000, partout dans le monde, on observe la récurrence et la pérennité des inégalités au travail et l’accès à un emploi rémunéré, principal vecteur d’autonomisation, est loin d’être un acquis pour les femmes. Si les femmes ont toujours travaillé, c’est leur entrée dans l’emploi salarié et le développement de ce type d’emploi qui a rendu visible leur travail. L’emploi salarié entraîne des changements importants dans la vie des femmes, leur donnant accès à un revenu et avec ce revenu, à la possibilité (montrée depuis longtemps déjà, Boserup, 1970) de décider davantage. Ainsi, depuis des décennies, l’autonomisation des femmes est ce qui se dessine avec l’accès à un salaire.

En plus des inégalités d’accès à un travail salarié, les sphères d’activités sont très séparées entre les hommes et les femmes. Le care et le travail domestique restent une spécialité des femmes tout comme la problématique de la « conciliation » entre travail domestique et travail salarié, cette dimension étant souvent prise en considération dans la mise en place des projets de mise au travail des femmes. Des différences de conditions de travail entre hommes et femmes existent aussi dans le domaine du travail agricole, encore un gros pourvoyeur d’emplois. De façon générale, les femmes occupent une position de vulnérabilité très forte.

En Afrique subsaharienne, comme dans d’autres régions du monde telles l’Afrique du Nord ou l’Asie,  si les femmes sont très visibles au travail dans la vie quotidienne, elles le sont peu dans les statistiques (Charmes, 2005). Ce paradoxe soulève la question de la mesure du travail des femmes. 

L’atelier se propose de décrypter les enjeux et les problématiques d’une approche genrée du travail, de l’impact de la mesure du travail des femmes et de l’impact du travail des femmes sur le développement. A partir d’une approche surtout qualitative mais également quantitative, son objectif est triple : 

–       Familiariser les participant.e.s avec les concepts et les problématiques clés d’une approche genrée du marché du travail, en appliquant une lecture genrée aux différentes entrées thématiques sur le travail (chômage, écarts de salaire, précarité, informalité, spécialisation genrée, travail productif/reproductif, etc…) ;

–       Introduire les principales sources qualitatives et quantitatives de données qui peuvent être mobilisées dans ce type d’approche et les différentes méthodologies qualitatives et participatives des SHS ;

–       Former les participant.e.s aux différentes étapes de la recherche à travers des travaux de groupe thématiques basées sur des données de terrain produites par les participant.e.s lors des ateliers.

L’atelier alternera des présentation générales par les format.eur.rice.s à partir d’études générales et à partir de leurs propres travaux de recherche, des présentations de méthodes de production de données, et des exercices concrets de terrain. Les ateliers se veulent participatifs et interactifs de façon à créer des échanges fertiles entre format.eur.rice.s et participant.e.s. Les participant.e.s réaliseront, suivi.e.s de près par les responsables de l’atelier, des enquêtes de terrain sur des thématiques définies à partir des problématiques abordées par des projets de développement d’ONG ou de politiques publiques en Côte d’Ivoire visant à l’autonomisation des femmes par le travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.