Atelier 1 : Méthodes pour l’histoire du travail (historiographie, archives et enquêtes de terrain)

Tany Vao Côte d’Ivoire 2019.

Université d’été en sciences sociales en Côte d’Ivoire

Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales

 

ATELIER 1 :

Méthodes pour l’histoire du travail (historiographie, archives et enquêtes de terrain)

 

Chikouna CISSE (Univ. Cocody) ; Daouda GARY-TOUNKARA (IMAF – CNRS), Karine MARAZYAN (D&S – Univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne) ; Samuel F. SANCHEZ (IMAF – Univ. Paris 1-Panthéon Sorbonne)

L’atelier 1 vise à apporter aux participants un bagage méthodologique propre à la réalisation de travaux de recherche en histoire. Il sera donc organisé autour de la maîtrise de la méthode historique, comprenant de l’historiographie, l’identification de thèmes de recherche et enjeux de problématisation. Il s’agira ensuite d’aborder des questions épistémologiques et de méthodes spécifiques, en particulier sur le statut de l’archive et la méthode de l’entretien oral pour l’histoire sociale. Ces éléments seront abordés de manière d’abord théorique puis mis en œuvre par les étudiants eux-mêmes lors d’un travail de terrain ou reposant sur des données historiques quantitatives. Enfin, la restitution d’un bilan synthétique de l’atelier, sera également l’occasion d’un exercice de rédaction et de présentation bienvenu.

La thématique centrale de l’université d’été 2019 est celle du travail et de l’intégration sociale, qui lui est immédiatement reliée. Après avoir présenté les enjeux historiographiques actuels sur les formes anciennes (esclavage, engagisme, migrations volontaires…) et moins anciennes de travail (travail en contexte colonial, post-colonial, histoire du syndicalisme, etc.), envisagé également le rôle des institutions (écoles, missions, administrations, etc.) sur les mondes du travail, nous présenterons globalement les aspects méthodologiques divers pour aborder l’histoire du travail, notamment la réalisation d’une recherche de terrain.

  • La question des archives, si centrale pour les historiens, sera traitée. D’un point de vue épistémologique, on commencera par s’interroger sur ce qu’est une archive. Comment lui donner du sens et comment l’analyser ? Comment déconstruire les l’ordre pensé par l’archive ? Quelle est la différence entre une archive issue d’un pouvoir public et des archives privées, ‘hors les murs’ ? Quelles sont les différentes stratégies pour organiser ces données ? On abordera là aussi des « trucs et astuces » d’historiens pour découvrir des fonds, y accéder et les valoriser.
  • L’enquête orale est un des piliers de la méthode en histoire sociale, et ce sera un point important de l’atelier 1. Comment d’abord considérer la source orale comme une source ? Comment la lire et la critiquer ? Ensuite, du point de vue pratique, comment identifier des interlocuteurs, préparer un entretien, comment articuler les résultats d’enquêtes orales qualitatives et les résultats des recherches en archive ?
  • Une introduction à l’analyse de données quantitatives, ainsi qu’à des outils de cartographie des données, sera également proposée, afin de compléter ce bagage méthodologique.

A la suite de cette formation théorique, les étudiants devront mobiliser les points historiographiques et méthodologiques présentés et les mettre en œuvre pour aborder leur projet de terrain ou d’analyse de données de manière réflexive.

La mise en œuvre des méthodes s’effectuera principalement en profitant du site dans lequel se tiendra l’Université d’été, Grand Bassam. Celle-ci sera le principal lieu d’application et de mise en œuvre des méthodes enseignées en formation, notamment en matière de recherche d’archives écrites, de sources orales, et l’observation des traces architecturales ou urbaines de l’inscription du travail dans cette société urbaine. La ville et le sud-est ivoirien est un excellent terrain pour aborder l’histoire du travail en Côte d’Ivoire. Elle connaît en effet une activité commerciale croissante, au XIXe s., dans le contexte de la transition du commerce illicite des captifs au commerce licite des produits (le comptoir fut fondé en 1842) et du fait du voisinage immédiat de la prospère Côte de l’Or. A travers son wharf (détrôné par le port d’Abidjan à partir de 1950) et les activités afférentes, la question de la main d’œuvre et de l’employabilité constituent des points déterminant dans l’organisation urbaine et la structuration sociale de la ville, notamment à l’époque dite « coloniale ». La main d’œuvre servile y était disponible du fait des échanges vers la Gold Coast à l’est ou la vallée du Niger au nord, et de l’exploitation naissante des billes de cajou en direction de la métropole, de quoi drainer des flux migratoires diversifiés au tout début du XXe s, alors que Bassam constitue la capitale de la colonie.

L’atelier abordera également la question du travail à l’échelle de l’ensemble de la Côte d’Ivoire sous administration coloniale, à travers des analyses plus générales, fondées sur des méthodologies variées (recherches d’archive, enquêtes orales, analyse de données quantitatives). Comme d’autres colonies de l’AOF, la Côte d’Ivoire a été le terrain de diverses expérimentations sociales, notamment dans le cadre du travail et des migrations de travail, qui avaient pour objectif la transformation des sociétés locales, conformément à la doctrine de la « mission civilisatrice » ou celle, plus tardive, de la « mise en valeur » des territoires coloniaux (A. Sarrault). Quelles ont été ces expérimentations ? Quels investissements ont-elles représenté ? Quelles transformations attendues et inattendues dans les mondes du travail ont-elles effectivement conduites ?

A travers des travaux de groupe (4 à 5 étudiants par groupes) les étudiants devront d’abord trouver des sujets et formuler des hypothèses relatives à l’histoire du travail et de ses implications sociales à Grand Bassam ou à l’échelle de la Côte d’Ivoire. Ils expérimenteront par la suite, par eux-mêmes, les méthodes pour trouver des archives et des témoins, tout en gardant une approche critique et réflexive sur les succès et difficultés rencontrés. La dernière étape de la formation consistera à rédiger un bilan sur les recherches pratiquées. Il s’agira de produire un compte-rendu des travaux et des méthodes utilisées, en mettant l’accent sur les difficultés méthodologiques rencontrées et de le restituer devant l’ensemble des ateliers, le dernier jour de la formation.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.